Just few pictures I took while the FIFA world cup final and just after.

Few pictures I took last saturday...

And some pictures of the last years.

What is photographic culture and why try to have one? I am a frightful reactionary who considers that without putting in the work, any creation is doomed to failure. This includes exploring the work of others. We cannot just look at the creation of our peers on Facebook or in the supermarkets of culture. If we do this, we can only discover music like rap, Justin Timberlake or Madonna. Mozart and Beethoven will probably remain unfamiliar to us. As for Buxtehude or Kurtag, there is no chance that the idea of ​​their existence will even touch us. In the same way, if we mainly follow reading tips from the mainstream media, Ovid, Cervantes or Guimarães Rosa will escape us. Our education of culture can only result from a personal quest and an acquisition of our aesthetic tastes. The same goes with photography.

Guy Le Querrec, Gao, 1988.En 1988, Guy Le Querrec organise un raid Conaky-Cap Nord avec trois collègues de Magnum: Alex Webb, Harry Gruyaert et Guergui Pinkhassov.
Harry Gruyaert, Gao, 1988.Même pièce, vue par Harry Gruyaert.

As photographers, we are subject to geographical and cultural determinants. We do not photograph the same way in England and the Mediterranean. First, because the light is not the same, but also because our cultural background is different. The problem is that the culture market is focused on North America and, to a lesser extent, Europe, and ignores what is happening elsewhere. For example, isn’t Cristobal Hara as important a photographer as Stephen Shore or Alec Soth? Or in another instance, although Raghu Rai or Raghubir Singh begin to be known outside of India, where can one find the work of contemporary Indian photographers? How can we explain that Magnum has not yet brought Vineet Vohra back to his natural habitat, the Magnum house? The same question arises for other geographical areas: what do we know about Chinese photography? Outside a small circle of specialists, how can we get acquainted with Japanese photographers? Who will publish the books of Vladimir Sokolaev or Anzor Bukharsky? And where can we see African photography? Although Magnum recently admitted new members and its stated mission has never been to gather the best photographers in the world, it might be important to note that they only have one Russian, living in France, one Japanese, living in the United States, and one Chinese, born in Taiwan and living in the United States as well.

In addition to geographic and cultural influences, today’s legislation influences the way we photograph. The contemporary German susceptibility with regard to the right of their image certainly explains the way a Siegfried Hansen or an Enrico Markus Essl photograph, even if Enrico is not German. In this universe, photography becomes faceless. Whether we like this kind of dehumanized photography or not, does not prevent us from finding it stimulating. To know the work of others, to understand how their surroundings have influenced their work and their style is, according to me a necessity. Not vain curiosity, but as a way to extend one’s expressive palette, and escape the determinism of our destiny. 

 While some are afraid of losing their style due to the influence of others, I believe that to try to discover everything by yourself without knowing the fumbling, successes and failures of others is infinitely pretentious. Style is not a marketing gimmick that must be kept to retaining one’s audience and should not be confused with repetition. If you spend your life creating the same image, we will recognize you at first glance, but how boring will that be! Building one's style should never be a concern. The style comes, or does not come, all by itself, as a logical consequence of our work. Manet or Picasso never thought of their style, they only sought to find their path and their style evolved over time. Borges and Tagore’s culture and knowledge were as immense as universal, and we recognize their styles from the first sentence. 

This photographic culture is as necessary when it comes to selecting our images as it as for shooting, or perhaps even more. The field of photography has been deeply explored. Today, to photograph means playing with luck, playing with fortune to capture the unexpected. An interesting, strong photo, that we will remember, no longer obeys conventional criteria. The keenness of the photographer's gaze, his culture, which allows him to select his work is what will make his photographs coherent and personal, which in time will enable us to recognize his unique style. To me, the outcome of a photographer’s work is the book, more than the exhibition or the installation. Of course, a photo book is not limited to its images but has its own rhythm and logic in its entirety. To show some of the pictures that compose it is only an evocation, and at the same time a betrayal. It can, however, give the person who sees them the desire to know more. This is how our culture is formed. By seeing an image, we want to know more about its author and our active pursuit makes us penetrate his universe.

The modest goal of this Instagram account is to show pictures of photographers who have published books and whose work we find interesting. The idea is to recognize the styles of the photographers while having fun, and to open new horizons. I will pass my baton now to other photographers who will then choose photos they like and want us to discover.

Join us if you are interested! On the Instagram account of Who shot this one.
The music proposed to read this article, the duet Márta and György Kurtág.
This text was translated in english by Suresh Naganathan, I thank him a lot!

Robert Frank, photographié par Elliott Erwitt, Valencia, 1952.

Qu’est ce que la culture photographique et pourquoi tenter d’en avoir ? Je suis un affreux réactionnaire qui considère que sans travail toute création est vouée à l’échec. Ce travail comprend l’exploration du travail des autres. Nous ne pouvons nous contenter de regarder la création de nos congénères sur FaceBook ou dans les supermarchés de la culture. Si nous procédons ainsi, nous ne pouvons connaître de la musique que le rap, Justin Timberlake et Madonna. Mozart et Beethoven nous serons probablement interdits. Quant à Buxtehude ou Kurtag, il n’y a strictement aucune chance que l’idée de leur existence nous effleure… De même, si l’on sent tient aux conseils de lecture des médias de la culture, Ovide, Cervantes ou Guimarães Rosa nous échapperons. Notre éducation ou notre culture ne peut résulter que d’une quête personnelle et d’une éducation de nos goûts esthétiques. Il en va de même en photographie.

Guy Le Querrec, Gao, 1988.En 1988, Guy Le Querrec organise un raid Conaky-Cap Nord avec trois collègues de Magnum: Alex Webb, Harry Gruyaert et Guergui Pinkhassov.
Harry Gruyaert, Gao, 1988.Même pièce, vue par Harry Gruyaert.

Comme photographes, nous sommes soumis à des déterminants géographiques et culturels. On ne photographie pas de la même façon en Angleterre et en Méditerranée. Tout d’abord parce que la lumière y est différente. Mais aussi parce que notre bagage culturel est différent. Le problème, c’est que le marché de la culture est focalisé sur la culture nord-américaine et, dans une moindre mesure européenne, et nous fait ignorer ce qui se passe ailleurs. Cristobal Hara n’est-il pas un photographe aussi important que Stephen Shore ou Alec Soth ? Si Raghu Rai ou Raghubir Singh commencent à être connus en dehors de l’Inde, où peut-on voir exposés ou publiés les photographes indiens contemporains ? Comment expliquer que Magnum n’aille pas chercher Vineet Vohra par la peau du cou, avec les dents, pour le ramener dans son habitat naturel, la maison Magnum ? La même question se pose pour d’autres aires géographiques, que sait-on de la photo chinoise ? En dehors d’un petit cercle de spécialistes, comment connaître la photo japonaise ? Qui publiera les livres de Vladimir Sokolaev ou d’Anzor Bukharsky ? Et où voir la photographie africaine ? Si Magnum a récemment admis de nouveaux membres et n’a pas forcément vocation à rassembler les meilleurs photographes du monde, on peut noter qu’ils n’ont qu’un Russe, vivant en France, un Japonais, vivant aux Etats-Unis, et un Chinois, né à Taïwan et vivant aux Etats-Unis lui-aussi.

Outre la géographie et les influences culturelles, les législations influent aujourd’hui sur nos façons de photographier. La susceptibilité germanique contemporaine relative au droit à l’image explique certainement la façon de photographier d’un Siegfried Hansen ou d’un Enrico Markus Essl, même si Enrico n’est pas allemand. Dans cet univers la photographie devient sans visage. Que l’on aime ou n’aime pas ce genre de photographie déshumanisée, n’empêche pas d’y voir une voie stimulante.

Connaître le travail des autres, comprendre comment leur univers a influencé leur travail et leur style me semble une nécessité. Non par vaine curiosité, mais pour étendre sa palette expressive. Et échapper au déterminisme de notre destin. Certains ont peur de perdre leur style en étant soumis à l’influence des autres. Je crois tout d’abord que vouloir tout découvrir par soi-même sans connaître les tâtonnements, les réussites et les échecs des autres est d’une prétention infinie. Le style n’est pas un argument marketing auquel on doit se tenir pour conserver sa clientèle. Borges et Tagore avaient une culture aussi immense qu'universelle et nous reconnaissons leur style dès la première phrase. Connaître les autres n’a jamais empêché de se construire sa propre personnalité et sa propre vision, bien au contraire. Le style ne doit pas être confondu avec la répétition. Si l’on passe sa vie à réaliser la même image, c’est sûr qu’on nous reconnaîtra au premier coup d’œil, mais qu’est qu’on se sera fait chier ! Construire son style ne doit jamais être une préoccupation, le style vient, ou ne vient pas, tout seul, comme une conséquence logique de notre travail. Manet ou Picasso n’ont jamais pensé à leur style, ils ont seulement cherché à trouver leur voie et leur style a évolué au fil du temps.

Cette culture photographique nécessaire ne sert pas seulement à la prise de vue, mais peut-être encore plus lors de la sélection de nos images. Le champs photographique a été profondément exploré, aujourd’hui photographier, c’est chatouiller le hasard. Jouer avec le hasard pour capturer l’inattendu. Une photo intéressante, forte, dont on va se souvenir, n’obéit plus à des critères classiques. L’éducation du regard du photographe, sa culture, lui permet de sélectionner son œuvre. Ce n’est qu’à ce moment-là que cette œuvre va devenir cohérente, personnelle et que nous pourrons y reconnaître son style.

L’aboutissement du travail d’un photographe me semble le livre, plus que l’exposition ou l’installation, valorisant des créations très, ou trop, conceptuelles. Bien sûr, un livre de photos ne se limite pas à ses images. Il constitue un tout, avec son propre rythme et sa logique. Montrer quelques unes des photos qui le compose n’est qu’une évocation, et en même temps une trahison. Mais elle peut donner à celui qui la voit l’envie d’en savoir plus. C’est ainsi que se constitue notre culture. En voyant une image, nous avons envie d’en savoir plus sur son auteur et notre quête active nous fait pénétrer dans son univers. Notons qu’il nous faut aussi essayer de comprendre l’œuvre de ceux auxquels nous sommes a priori réfractaires.

Le modeste but de ce compte Instagram est de montrer des photos de photographes ayant publiés des livres et dont les œuvres nous paraissent intéressantes. L’idée est de reconnaître les styles des photographes tout en s’amusant, et d’ouvrir à chacun de nouveaux horizons. Rapidement, je passerai la main à d’autres photographes qui choisiront des photos qu’ils aiment et veulent nous faire découvrir.

Rejoignez-nous si cette démarche vous intéresse ! Sur le compte Instagram de Who shot this one.

La musique proposée pour lire cet article, le duo Márta et György Kurtág : https://www.youtube.com/watch?v=g319gW5_O0o

Robert Frank, photographié par Elliott Erwitt, Valencia, 1952.

Last weekend I was in Paris for give a workshop and meet few friends. I hope my students learnt something, it seems they were happy! It's not the best situation for take pictures, I get any good one, I hope it's not so bad. Perhaps it's interesting for them to see what I get in the weekend by showing them few approaches, on how to use the light, the shadows, the reflexions and how to fill the frame and make layers. The only logic of the series is the chronology, except for the cover.

Notre collectif, the street collective, est l'invité de l'événement Street Sans Frontières.

A cette occasion, nous organisons un workshop axé sur la couleur avec mon ami Dmitry Stepanenko. Rendez-vous samedi 19 mai. Pour les inscriptions, contacter Street Sans Frontières sur leur page, Dmitry ou moi-même. A bientôt !

Our collective, the street collective, is the guest of the event Street Sans Frontières. On this occasion, we are organizing a workshop focused on color with my friend Dmitry Stepanenko. See you Saturday, May 19th. For registrations, contact Street Sans Frontières on their page, Dmitry or myself. See you soon !

La Chartre sur le Loir est un endroit charmant pour qui aime les ciels gris et l'herbe verte, le calme et les vaches, la cochonnaille et les vins blancs secs. Ma grand-mère, Marthe, y habite depuis une quarantaine d'années. Comment après une vie d'adulte commencée à Pondichéry puis en Afrique (Conakry, Brazzaville, N'Djaména) a-t-elle atterri là-bas ? Après la mort de son deuxième mari, elle s'est trouvée isolée et s'est installée dans cette maison familiale.
Son grand-père paternel, lorrain qui avait préféré la France à l'annexion, fut longtemps gendarme dans ce village. Son père, Léon Beck, fils de gendarme donc, fut nommé proviseur du lycée de Metz en 1919, à sa demande. Puis, en 1928, il devient proviseur du lycée Henri IV.
Sa mère était, elle, originaire du Tarn et conservait un solide accent qui me berçait lorsque j'étais enfant. Elle avait quitté le domicile familial avant sa majorité pour faire l'Ecole Normale Supérieure à Sèvres. Lettres modernes, évidemment, les jeunes filles étant alors considérées incapables de saisir les subtilités du grec et du latin.
Pendant les vacances d'été, le couple revenait à la Chartre et la maison devint un berceau familial. Marthe se maria ensuite avec Jean Poujade. Je n'ai malheureusement pas connu ce grand-père. Capitaine de la marine marchande, puis juriste, il était aussi ethnologue et peintre à ses heures perdues. Dans ses ouvrages publiés, il réalisait lui-même ses gravures. Il fut l'un des moteurs de l'Institut Français d'Afrique Noire en en dirigeant le centre de Conakry à partir de 1947, suite au retour en France de Georges Balandier. Quelques mois auparavant, ils rejoignirent Conakry à partir de Dakar en voiture à la demande de 
Théodore Monod. De cette époque marquante, naquit aussi son amitié avec Anita Conti qui logeait chez eux lorsqu'elle se trouvait à Conakry.
Après la mort de mon grand-père, elle se remaria et vécu à Brazzaville puis à 
N'Djaména, à l'époque Fort-Lamy. Elle enseignait le français et si j'aime à croire qu'elle eut pu avoir Tchicaya U'Tamsi ou Sony Labou Tansi comme élève, je crains que sa vie intellectuelle fut moins stimulante dans ces deux villes.
A l'âge de la retraite et après la mort de son second mari, elle s'installa dans la maison familiale, aux côtés de ses amis d'enfance. Peu à peu, ces amis ont disparu et sa solitude ne trouve de remède que dans la lecture.





Few pictures from Jodhpur, a city we loved. As you can see, we were in a wedding mood.

When you have a teenager at home, sometime you must go in a such festival. I was there, so I shot there.

Estaque, 2017.
L'Estaque, 2017.L'Estaque, 2017.



L'Estaque is a north district of Marseille. It was a district populated by fishermen and workers of the tiles factories. At the end of the 19th century, a lot of painters moved in here. Cézanne, Georges Braque, André Derain, Raoul Dufy, Othon Friesz, Albert Marquet, and Auguste Renoir were the most famous of them.

Nowt his place is famous for doughnuts and water jousting. Perhaps you saw few pictures of joustings in Sète by Christopher Anderson. Here, the rules are different. (The boats move by motor, not by oars.)

Few days in London... We had a meeting of our collective in London while the London Street Photography Festival. Of course, it was very interesting, we saw a lot of good pictures and had great meetings. And I took time for take few pictures.

At first, we found some new friends near the festival.

Then, we walked in the London streets :

Before the Notting Hill Carnival.

Harar, 2015

Two years ago, I was in Harar and Dire-Dawa, Ethiopia (here is the slideshow). I wanted to go to Jijiga, the capital of the somali region but my friend Ismaël didn't want to go with me, I should be like a pink elephant in this place. Since september, many clashes between Somali and Oromo happened, hundreds people have been killed in the somali region. (Last news)

I'm very sad of the this situation. But it seems it's the only possible result after many years of communitarianism by federal government. If you want to understand better the identity issues in this part of the world, read the Farah's beautiful book, Maps. (Territoires, en français.)

Harar, 2015

Félix Pyat is probably the poorest estate in France. I made this series last month. I'm happy to show you there's not only problems in this district of Marseille.

Marseille is hot at the moment, as you can see it. So I feel too lazy to present you something you know already. Last saturday...

Marseille, Gay Pride 2017.
Marseille, Gay Pride 2017.
Marseille, Gay Pride 2017.
Marseille, Gay Pride 2017.
Marseille, Gay Pride 2017.
Marseille, Gay Pride 2017.
Marseille, Gay Pride 2017.
Marseille, Gay Pride 2017.
Marseille, Gay Pride 2017.
Marseille, Gay Pride 2017.


Some pictures from the last years too.

 

Le premier mai 2002, nous étions sous le choc d'un Front National au deuxième tour, même si tout l'avait laissé prévoir. La manif avait rassemblé. Tout d'abord, beaucoup de monde. Dans mon souvenir, c'est de très loin la manif marseillaise où j'ai vu le plus de monde. Je croyais, et je n'étais pas le seul, que donner une large majorité à Chirac, c'était une façon de lui dire qu'il ne serait pas élu sur son programme mais sur une vision de la société s'opposant à celle du père Le Pen. Mais Chirac n'en a jamais tenu compte. Ensuite, des gens d'univers très différents qui ne se trouvaient là que pour communier dans leur rejet du Front National.
Cette année, l'ambiance fut bien différente. Macron ne représentait plus l'espoir de sauver la République, la foule était celle d'un premier mai habituel, seulement un peu plus nombreuse. Et l'idée générale était qu'on pouvait pas choisir entre la peste et le choléra.

La manif a commencé tard, entre dix heures et demi et onze heures. La lumière était rude, difficile de photographier dans ces conditions. Les photos sont donc affreuses. Autre mésaventure, je me suis embronché dans les cordes du cordon de sécurité de la CGT. Une belle chute, bien brutale, avec mon Leica. L'appareil marche encore, mais le choc a déplacé de nombreuses poussières sur le capteur.

Ten years ago, I opened my office in a small village near Marseille called Ensuès la Redonne. Since this day I have my lunch each day in the same bar with my friend Eric. Unfortunately this bar will shut down at the end of the month. Arlette, Béatrice and Nathalie, during these ten years you were my second family.

Béatrice, Ensuès, 2017.

Béatrice, Ensuès, 2017.
Nathalie and Arlette, Ensuès, 2015.
Arlette, Ensuès, 2015.
Nathalie, Ensuès, 2015.
Bar du Nord

Now, we have to migrate for lunch. Fortunately, we will have the same team and the new place is probably better for shooting. Welcome to the bar des sports!

Nathalie and Marc, Ensuès, 2017.
Gilles, Ensuès, 2014.
Bar des sports
Ensuès, 2017.

Three years ago, my friend Vinod Babu invited me at a wedding. How to dress for a wedding when you travel with light luggage? Thanks to his nice mother, I hope I was presentable. (Don't worry, Lopamudra, you remain my best dresser in India.)
After two hours on Vinod's bike in the the Hyderabad heat and dust, I was less presentable when I arrived at this wedding. But they were nice to me...
I didn't show these pictures before, except to my friends from Hyderabad, Vinod, of course, Swarat Gosh and Satyanarayana Gola.
It was the only time I shot a wedding in my life. So, something different for me. I hope it can be interesting for you.



Everybody knows the Magnum's book called Contact sheets. (If you don't have it, buy it immediately. And if you want to know why it's so important, read that. Pour ceux qui ne lisent que le français, contentez-vous de ça.)

One of the most difficult and interesting time for photographer is the editing. I had a lot of discussions with friends on this subject. (Friends from Marseille at first, but also friends from my collective or passionated discussions in Hyderabad with Vinod Babu and Swarat Gosh.)

Harar, 2015.

But I didn't find any group dedicated to discussions on editing on Flickr. So I created one on contact sheets for share on editing. You can join us at Cooking sheets.

Dire-Dawa, 2015.

Samedi dernier, nous allâmes en famille à la Japan Expo. Il n'est jamais facile de photographier dans ces conditions pour moi qui préfère être seul pour shooter. En marche, donc, et tout d'abord en métro !

Métro Vieux-Port

Après le carnaval niçois, les cosplay adolescentesques. Mais comment photographier dans un tel lieu sans sombrer dans le poncif ? J'avais aussi dans l'idée de faire un peu de flash.

Je n'ai jamais eu la télé, n'ai jamais lu de comics ou de mangas. Me voici donc plongé dans un univers très exotique. Je me sens plus chez moi dans les ruelles du vieux Delhi qu'au milieu de ces héros inconnus. En regardant mes images, je réalise que beaucoup d'entre elles sont sans visage. C'est peut-être symptomatique de mon trouble.

Pour moi, ma meilleure photo. Je n'ai pas l'habitude de parler de mes images, mais comme je vois qu'elle a peu de succès, je vais essayer de dire pourquoi elle me plait. Initialement, j'ai été attiré par ces trois taches de bleu. La partie la plus intéressante est pour moi celle qui est en haut à gauche. Ce sac à l'allure de poisson carnivore, accolé à l'ombre du visage d'une jeune fille. Des trois éléments bleus, c'est celui que l'on regarde en dernier. Et à ce moment-là, le regard se déplace de façon circulaire. J'aime qu'une image contraigne le regard à un parcours inhabituel. 

Avec un peu de temps, ce genre de manifestations pourrait être un paradis. L'année prochaine, peut-être.